vendredi 21 juin 2013

Au lit les affreux !



Dans une bibliothèque pour enfants, il y a des livres pour tous les jours, parfois les mêmes qui reviennent souvent puis tombent dans l'oubli jusqu'à se laisser redécouvrir. Il y a des livres pour accompagner différents moments, différentes émotions. Il y a des livres pour jouer, des livres pour rêver, des livres pour apprendre, des livres pour se rassurer, et puis il y a les livres pour aller se coucher.

On ne transige pas dans avec l'heure du coucher sauf les jours de fête. La lecture s'est d'abord installée très tôt avec notre Grand comme un rituel de coucher. Sécurisant pour lui et pour nous, l'histoire nous aidait à nous quitter pour la nuit. Elle a pris d'autres espaces ensuite mais le coucher reste le moment privilégié de la lecture en famille. 


Bien sûr, tous les livres se prêtent à la lecture du soir, mais la littérature jeunesse fait du coucher un thème récurrent des albums pour les enfants. L'occasion d'apprivoiser les angoisses de séparation et autres inquiétudes existentielles des petits qui s'expriment volontiers à la tombée de la nuit. 


Parmi eux, un petit album pas trop long que nous trouvons très réussi : Au lit les affreux ! Le titre est déjà une invitation, c'est parfois les soirs de grande fatigue, la seule pensée que nous avons à l'esprit... 


Au moment du coucher, la petite Zélie dit a sa maman : 
- Maman, j'ai peur des monstres. Maman lui répond :
- Ne t’inquiète pas, Sufi, ton petit chat veille sur toi...

Le jaune orangée de la journée laisse alors la place à un bleu nuit dans l'album et le lit s'envole pour un rêve éveillé dans lequel la sorcière, l'ogre et le loup n'ont qu'à bien se tenir. Hop, tous en pyjama et au lit ! Grâce à Sufi, Zélie range toutes ses peurs d'enfant pour se laisser aller à un sommeil apaisé.


Auteur : Isabelle Bonameau

Editeur :  L'école des Loisirs, 2009, 2011 en Lutin Poche

Public : 3-6 ans. 

On aime : la dégaine des 3 affreux en pyjama, l'illustration pleine page très colorée, les codes du conte traditionnel détournés, le texte qui invite à la chanson.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire